Informations sur le coronavirus

Comment doivent se comporter les patients souffrant de lupus sous médicaments immunosuppresseurs ? 

En général, il est recommandé de poursuivre les thérapies avec des médicaments qui suppriment le système immunitaire malgré la pandémie de coronavirus. Même chez les patients immunodéprimés, l'infection semble être généralement bénigne. 

Dans certains cas, le médecin traitant peut évaluer la situation différemment et interrompre les médicaments immunosuppresseurs pendant un certain temps par précaution. Mais ne prenez pas cette décision de votre propre initiative ! Consultez votre médecin et suivez ses instructions. 

Déclaration de la commission des affaires cliniques (statuts au 24.03.2020) : « Selon l'état actuel de nos connaissances, il n'y a aucune raison pour les patients d'interrompre leur traitement de base tant qu'il n'y a pas suspicion d'infection active par le coronavirus (par exemple, toux, essoufflement et/ou fièvre ≥ 38ºC). »

Les personnes particulièrement vulnérables doivent-elles aller travailler ? 

Les personnes particulièrement vulnérables doivent rester chez elles. Sont considérées comme particulièrement vulnérables les personnes âgées de 65 ans et plus ainsi que les personnes atteintes des maladies suivantes : hypertension artérielle, diabète, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires chroniques, cancer ou maladies et thérapies affaiblissant le système immunitaire (personnes immunodéprimées). 

Les employés particulièrement vulnérables s’acquittent de leurs obligations contractuelles depuis leur domicile. Si un bureau à domicile n'est pas possible ou si l'employeur n'est pas en mesure de respecter les mesures de protection, l'employeur leur accorde un congé en continuant à leur verser leur salaire. Les employés font valoir leur situation de personnes vulnérables par une déclaration personnelle. L’employeur peut demander un certificat médical.

Voir l'article 10c de de l’Ordonnance 2 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19) 

Vais-je continuer à recevoir mes médicaments ?

Les supputations quant à l’efficacité du Plaquenil® en cas d’infection au COVID-19 et son utilisation soudaine dans cette indication ont affecté son approvisionnement.

À l’heure actuelle, le fabricant Sanofi peut continuer à fournir le Plaquenil®, lequel est délivré comme auparavant dans les pharmacies locales. Dans le cas où, dans un avenir proche, ce médicament viendrait à manquer sur le marché régulier, des réserves suffisantes de génériques sont disponibles pour assurer l’approvisionnement non seulement des patients COVID-19, mais aussi de ceux souffrant d’affections rhumatologiques. Ces réserves ne seront toutefois pas distribuées via les canaux habituels, mais leur fourniture sera supervisée par une instance centrale définie au niveau cantonal (par exemple, pour Bâle et Genève, la pharmacie de l’hôpital universitaire ou, dans d’autres cantons, les pharmacies cantonales). 

Les patients qui ont besoin de Plaquenil® et qui ne parviennent pas à s’en procurer par les canaux habituels doivent contacter leur médecin traitant, lequel pourra en obtenir auprès des services médicaux du canton dans lequel il exerce. 

Où puis-je trouver des informations complémentaires ?

La situation change continuellement. Des informations actualisées et des réponses aux questions fréquemment posées sur le coronavirus sont disponibles sur le site de la société suisse de Rhumatologie.

La Ligue suisse contre le rhumatisme met également à jour en permanence ses informations sur le rhumatisme et le coronavirus.

Vous trouvez plus d'informations sur les médicaments ici.


L'OFSP a mis en place des lignes téléphoniques pour les questions (tous les jours de 8 à 18 heures) : 

  • Pour les professionnels de la santé : 058 462 21 00
  • Pour la population : 058 463 00 00


Enquête - Vivre avec le lupus en 2020

La recherche progresse constamment. Mais il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur le lupus. Aidez-nous à acquérir de nouvelles connaissances sur notre maladie en participant au sondage de Lupus Europe « Vivre avec le lupus en 2020 » d'ici fin mai 2020. Que votre lupus dorme depuis des années ou que vous subissiez actuellement une poussée, vos réponses contribueront à obtenir l'image la plus significative possible de la situation actuelle. L'enquête dure environ 10 minutes et est disponible en 19 langues.

Pour participer, cliquez ici.